Chaque monteur qui se respecte le sait pertinemment. Les projets au concept bancal, mal exécutés, mal éclairés, mal joués etc.  ne se rattrapent pas en post prod. Aussi bon soit le monteur, s’il n’y a pas de matière ou que celle ci est mauvaise, la magie ne pourra pas opérer.

En tant que monteurs, on a voulu dresser la liste des erreurs de vidéastes et réalisateurs débutants qu’on a vu défiler fréquemment. 

#1. Le manque de préparation.

C’est le gros point faible des vidéastes débutants. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en production ; un tournage, c’est la récompense,  la partie sympa du processus.

Avant ça, viennent l’écriture du concept ou script, les repérages, la question des vêtements ou accessoires, et le découpage en plans.

Trop nombreux sont les jeunes vidéastes qui foncent tête baissées sur un tournage en ayant bâclé ou fait l’impasse sur ces étapes.

En résulte des problèmes organisationnels au tournage. Si l’on a pas fait de repérage, on perds du temps le jour J, on se rend compte qu’il y a du bruit qui n’était pas prévu, ou un problème non envisagé.

Non seulement la crédibilité est entachée vis a vis du client et de l’équipe, et cela affecte aussi le projet. A cause de cela, vous ne pourrez par exemple être en mesure de rentrer tous vos plans.

#2. Sous estimer l’importance du son

Audiovisuel comme son nom l’indique est composé de deux disciplines indissociables. Il est donc fort dommage de voir des vidéos ou films à l’image bien travaillées et au son catastrophique, qui sature à tout bout de champ.

Le micro de la caméra sert de micro témoin et ne peut en aucun cas servir de prise de son finale. Partez sur de la location de micro de qualité, ou mieux, faites appel à un ingénieur du son.

À choisir, le spectateur préférera toujours une vidéo au son correct et à l’image moyenne, qu’une vidéo au son horrible, mais avec une belle image.

#3. Bâcler ses cadres

Tout ce qui est visible, ou non dans une image a son importance. Donc attention aux petits détails. (comme les chaussures d’un technicien oubliées par terre. Cela paraît grotesque, mais c’est arrivé.)

Prenez le temps qu’il faut pour soigner vos cadres et la composition. Lever ou descendre un trépied de quelques centimètres peut changer beaucoup de chose.

Une autre erreur habituelle est de filmer un sujet collé à un mur. Vous devez absolument éviter ça. Privilégiez de la profondeur, et des éléments en arrière plan. Encore une fois, ces éléments doivent être cohérents ; Vous n’avez pas envie que le spectateur bute sur un accessoire, se demandant si c’est un signe, un symbole, alors que c’est tout simplement un oubli de votre part.

#4. Se planter au casting

Même sur des projets d’entraînement ou bénévoles, un casting se prépare avec soin. Ne vous arrêtez pas à une photo, testez vos comédiens avec quelques répliques, ou actions non dialoguées.

Un acteur qui ne correspond pas au rôle, vous donnera du fil à retordre le jour J, car la mayonnaise ne prendra pas, malgré tous vos efforts ou vos directions, vous sentirez que cela n’ira jamais. Ce qui vous fera perdre un temps fou, à refaire les prises. 

#5. Diriger un acteur en pensant au résultat.

Trop nombreux sont les jeunes réalisateurs et vidéastes qui dirigent les acteurs en ayant en tête le résultat qu’ils veulent obtenir.

« Là, tu as peur ». « Plus de tristesse », « Moins de colère » « Sois sexy ».

Essayez de vous mettre à leur place. Une caméra est braquée sur votre visage, des spots vous aveuglent, et une dizaine de personnes vous observe comme un animal. Vous vous sentez un peu vulnérable pas vrai ?

Maintenant, demandez vous, si « sois sexy » est une indication de jeu claire, et surtout jouable ?

La seule chose que cela peut procurer chez l’acteur (l’actrice en l’occurence), c’est un sentiment d’insécurité et d’incompréhension.

« Ça veut dire quoi, sois sexy ? Je l’étais pas déjà ? »

Donc la première chose à faire est de les mettre en confiance. Cela passe par des répétitions en amont, et un dialogue entre vous.

La deuxième chose c’est de les diriger de façon à leur donner des pistes de jeu claires.

Au lieu de dire, « tu es stressée, tendue ». Dites plutôt ; « imagines que si tu donnes une mauvaise réponse, tu vas en prison. »

Essayez ce genre de chose, et corrigez en fonction.

#6. Ne pas écouter ses collaborateurs

Sur un tournage, surtout si vous occupez le rôle de réalisateur, il y a de grandes chances pour que vos collaborateurs aient bien plus d’expérience en tournage que vous. 

Soyez humble et acceptez les critiques, elles sont bien souvent constructives et vous éviteront bien des soucis. 

#7. Se dire « On verra en post prod ».

L’erreur catastrophique. Si vous ne voyez pas comment régler un problème sur le tournage, dites vous bien, que ce problème vous suivra en montage, comme un boulet que vous allez traîner.

Et cela aucun magicien, ne pourra vous en débarrasser.

Besoin d’un monteur ? C’est par ici.