L’équipe tient à signaler que nous n’avons pas d’actions chez Kodak. (même si l’on y réfléchit, la pellicule à le vent en poupe ces derniers temps.)

Voici notre top 6 des raisons pour laisser de côté le numérique et pour filmer en 16, ou 35mm (si vous avez les moyens)

#1. Le look

Rien à faire, on peut essayer ce que l’on veut, tourner avec des optiques vintage, étalonner des heures, rien ne remplace le look de la pellicule. Rien d’autre ne donne des résultats aussi saisissants.

La lumière est douce (magnifique)  pas besoin de lut, (la pellicule est la lut), et le grain est déjà présent.

Dès la sortie du labo, l’image cinématographique est là, c’est aussi simple que ça.

#2. La préparation

Le worflow étant exigeant, en effet, chaque mètre de pellicule compte, pas de place à l’improvisation ici.

Vous serez obligé de savoir exactement ce que vous allez filmer, et de pratiquer toujours plus de répétitions avec vos acteurs.

Cette contrainte au final ne fera qu’améliorer le film au final, car qui dit plus de préparations, dit plus de qualités scénaristiques, et visuelles. Donc que du bon.

#3. Le montage

Voir le point 2. Ces contraintes vous obligeant à être rigoureux, tous les plans doivent commencer par l’image du clap. Surtout la capacité limitée d’enregistrement vous force à ne mettre en boîte que 2-3, (5 tout au plus) prises en moyenne, facilitant grandement le montage. On ne se retrouve plus avec des répétitions filmées, des plans où un membre de l’équipe parle, rien de tout ça.

Seule la crème de la crème est présente, ce qui réduit donc considérablement le travail de montage.

#4. L’équipe

Cela rejoint le point 2 : cette préparation vous obligera à mieux communiquer avec votre équipe.

Toujours pour le meilleur, de cette communication en résidera plus de fluidité sur le plateau, une meilleure cohésion, et surtout, un silence total pendant les prises.

#5.  La passion

Travailler en pellicule, c’est travailler en commun autour d’une même passion. C’est l’essence du cinéma, qu’on tend à oublier avec le numérique. En cela, les tournages sont de véritables bonheurs.

#6. La découverte des rushs

Comme un matin de noël, découvrir les rush, fraîchement sortis du labos, vous procurera un grand plaisir assuré.

(précédé d’un mélange de peur et d’excitation).